Le job le plus dangereux du monde : reporter de guerre

    Home  /  Blog  /  Le job le plus dangereux du monde : reporter de guerre

Le job le plus dangereux du monde : reporter de guerre Image

Le job le plus dangereux du monde : reporter de guerre

Le travail le plus dangereux au monde est celui de reporter journaliste terrain que j’ai eu l’occasion d’excercer en Republique dominicaine, un pays relativement sur. En effet, ce métier d’investigation nécessite de se rendre sur place afin de récolter de l’information. Et lorsque le « sur place » représente la Tour Eiffel afin de savoir si elle est toujours l’un des monuments les plus visités par les touristes asiatiques, le risque semble mesuré. Mais lorsqu’il s’agit d’aller dans les pays en guerre, au sein des zones à risques, alors là les journalistes mettent réellement leur vie en péril. Ces envoyés spéciaux ne sont pas des spécialistes de ces zones de danger. Ils se plient alors simplement aux consignes que les forces en présence leur communiquent. Mais en cas d’imprévu ou d’urgence, les journalistes sont bien souvent laissés face à eux-mêmes et leur simple esprit de survie. Ce n’est pas comme dans Call of Duty ou celui-ci, ou il est possible de mettre pause.

A vouloir prendre trop de risques, certains journalistes en payent le prix

Parfois la curiosité des journalistes ou le sens du devoir diront certains les amènent à sortir des limites fixées par les autorités de défense. C’est alors un risque énorme que prennent ces reporters. Ils peuvent être abattus à tout moment. Ou alors, ce qui arrive le plus souvent, être capturés et devenir une monnaie de négociation. Ces dernières années, ce sont de nombreux otages qui se sont fait prendre. L’issue peut être soit fatale, soit une libération est possible mais de toute manière la vie du journaliste se retrouve chamboulée à tout jamais. Il aura bien souvent vécu l’horreur, connu la faim, la maltraitance, la privation de liberté et encore plus de souffrances que l’on ne préfère même pas imaginer.

reporter-guerre

Les conséquences des risques pris par les journalistes ont une envergure nationale

Ces prises d’otages sont dramatiques car elles ruinent des vies mais elles engendrent également la colère de l’armée qui reproche aux journalistes de ne pas respecter les consignes de sécurité. Cela complique la tâche pour ces forces de l’ordre qui ne souhaitent alors plus la présence d’envoyés spéciaux à leurs côtés. L’Etat se retrouve également bien souvent impliqué dans une polémique qui divise l’opinion publique. Payer la rançon, sacrifier l’otage qui a enfreint les consignes de sécurité…

L’ensemble des français possède une opinion quant au métier de journaliste. Mais ces hommes et ces femmes s’impliquent chaque jour simplement dans le but de partager la vérité sur ce monde. De divulguer des informations réelles et au plus grand nombre. Ils le font bien souvent au péril de leur vie et de leur liberté.

Journaliste d’investigation : un métier passion

Le métier de journaliste est une vocation. Tous les plus grands reporters de terrain vous le diront. Ils sont prêts à tous les sacrifices afin d’accomplir leur devoir. Ils ont conscience des risques auxquels ils sont confrontés mais ne laisseraient pour rien au monde leur place. C’est tout là le paradoxe de cette profession. Quand on exerce un métier avec le cœur on est capable d’en accepter les contraintes, même si elles sont les plus dangereuses au monde.

Author | Cédric Leroy Comments | 0 Date | December 7, 2016

categories & tags

In Blog