Eddie-the-Eagle-critique

Ma critique du film Eddy Eagle

Ce film biopic réalisé par Matthew Vaughn et mis en scène par Dexter Fletcher est sorti en mai 2016. Il a pour acteurs principaux Taron Eagerton, Hugh Jackman, Christopher Walekn et plus. Le film retrace l’histoire vraie d’Eddie Edwards, le premier athlète britannique à concourir aux Jeux Olympiques d’hiver dans la discipline saut à skis.

Résumé du film Eddy The Eagle

Eddie Edwards est un jeune homme de 22 ans un peu décalé qui a toujours rêvé de participer aux J.O depuis sa tendre enfance. Le comble c’est qu’il ne possède pas l’étoffe d’un athlète et n’a jamais brillé dans aucune discipline sportive. Outre son piètre niveau en sport, sa santé défaillante et sa maladresse, il est également issu d’une classe ouvrière. Le manque de soutien, le découragement de son père, le mépris et le scepticisme du comité olympique anglais, les moqueries de médias sont des obstacles qu’il aurait à surmonter. Mais le personnage naïf, simplet mais déterminé à venir au bout de la réalisation de ses rêves n’a pas renoncé. Lorsque sa candidature dans l’équipe olympique du ski alpin anglais est éliminée, il décide d’aller en Allemagne pour faire des entraînements de saut à skis. Là-bas, il rencontre Petra qui l’héberge en échange de travail dans son bar. Touché par la volonté de réussir et l’optimisme d’Eddie, un ancien champion (Hugh Jackman dans le rôle de Branson Perry) a accepté de le coacher afin qu’il puisse participer aux Jeux Olympiques d’Hiver de Calgary en 1998. Il a fini par arriver à ses fins même s’il a terminé double dernier aux sauts de 70 et 90 m.

eddie_the_eagle-film-critique

Critique du film Eddy The Eagle

Eddie doit son surnom « The Eagle », par sa façon de sauter pendant les épreuves. Celle-ci ressemble à celle d’un aigle qui déploie ses ailes pour s’envoler. C’est son entêtement à vouloir réaliser ses rêves malgré ses handicaps et ce dépassement de soi qui lui fait un athlète hors-norme. L’affiche le dit bien d’ailleurs « c’est impossible mais il l’a fait ». Le coach d’Eddie, un homme alcoolique et bagarreur mais avec un grand coeur, prenant conscience de sa carrière ratée s’est enrichi aussi à travers son expérience avec Eddie. Il a trouvé une raison de vivre en lui transmettant ses savoirs. En dait, le scénario du film ressemble en certains points à Rasta Rockett mais celui-ci est adapté au destin d’Eddie Edwards. Le fond musical et l’atmosphère rétro s’accordent bien avec la personnalité de l’héros. Côté technique et réalisation, les réalisateurs sont aux petits soins avec les effets spéciaux. Taron Eagerton interprète merveilleusement bien le personnage versé dans l’autodérision de l’héros. Il a l’air un peu benêt mais attachant, avec les grosses lunettes, la moustache et les gestes. Ceux qui ont déjà apprécié les films biographiques sur les rêves de gloire d’un profil sportif peuvent savourer ce genre de film. Ici, l’aventure humaine et improbable d’Eddie se prête à des sujets de réflexions. L’athlète n’emportera pas de médailles pendant la compétition mais il gagne sa place dans le cœur des spectateurs. Le moral de l’histoire : il ne faut jamais cesser de croire à ses capacités pour parvenir à son objectif.